Pourquoi l’Atelier Côté Cour?

 

« … Au départ, il y eut la volonté d’offrir un lieu d’accueil  à ceux qui avaient trouvé à l’hôpital un espace de rencontre et de création, et que la ville anonyme renvoyait à leur solitude.» Dr Denis Hers

 

Le mot atelier (astelier) est dérivé du mot attelle (astelle) qui signifie petite planche en bois, et donc désignait l’atelier du menuisier, espace avec des outils où l’on travaillait le bois. Il est devenu lieu de réparation, fabrication ou création de toutes espèces, dans une usine, chez un artisan ou un artiste, ou dans le sous-sol ou le garage d’une maison. Il désigne également la communauté de personnes qui travaillent sous la direction d’un.e chef.fe d’atelier.

Dans le vocabulaire du théâtre, le « côté cour » désigne le côté droit de la scène vu de la salle, par opposition au côté jardin. C’était aussi, historiquement, pour la troupe théâtrale de la Comédie Française, à partir de 1770 à Paris, le côté de la cour du Louvre par opposition au côté du Jardin des Tuileries.

Quand on est au sommet de notre petite rue de Lantsheere, il y a, côté cour, le centre névralgique de notre association, notre petit local « garage » et sa cour minuscule où se tiennent et se sont tenus bien des débats philosophique autour d’une cigarette, et en face, de l’autre côté de la rue, du côté jardin, la Clinique de l’Europe avec laquelle nous collaborons de façon rapprochée. Pour les acteurs qui sont sur la scène, sous les feux de la rampe et dans le feu de l’action, « côté cour », c’est aussi le « côté cœur ».

C’est ainsi que nous avons choisi cette appellation pour notre association, à la fois pour souligner sa référence au monde du travail populaire, artisanal ou artistique, ses références au théâtre et à ses partenaires de départ, et à la symbolique du cœur.