Les Causeries Côté Cour

 

Depuis sa création, l’Atelier Côté Cour n’a cessé de tenter de faire s’entrecroiser ses recherches en expression et créativité avec des réflexions sur des enjeux citoyens, sociaux, affectifs, artistiques ou philosophiques, voire politiques.

Réflexions sur les voyages (2007), les fictions (2008), le théâtre et la poésie (2009), les passages (2010), les libertés (2011), le fantastique (2012), la mémoire et l’oubli (2013), le tarot et la peste (2014), le présent et ses tempêtes (2015), la démocratie (2016), la tendresse (2017), la révolte (2018) et des questions sur la justice et l’injustice pour la nouvelle saison 2018-2019…

Petit à petit, nous avons eu le besoin et l’envie de nous retrouver ensemble, membres de l’équipe et participants, pour discuter de ces thématiques avec des experts, non plus seulement de façon littéraire ou virtuelle mais en chair et en os, tout en faisant fi d’un sentiment d’indignité ou d’inaptitude que nous pourrions avoir parfois face à des intellectuel.le.s…

C’est ainsi que nous avons demandé en 2015 au renommé psychiatre de Lausanne Jean-Claude Métraux s’il voulait bien venir nous parler de ses théories autour des « paroles précieuses » et de son livre « La Migration comme métaphore ». Ni lui ni nous n’avions envie d’une conférence classique… et c’est ainsi que le concept des Causeries Côté Cour est né!

En référence aux causeries populaires de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, organisées par ou pour les travailleurs qui voulaient s’instruire, nous avons construit au fil de nos rencontres avec Jean-Claude Métraux, un espace-temps original : un moment privilégié d’échanges démocratiques où s’entremêlent conférence populaire de l’invité.e et interventions du public, fragments de vie, lectures de textes, chansons ou improvisations théâtrales. Le tout dans la bonne humeur et ouvert gratuitement à tous et toutes, dans la limite des places disponibles.